Une raison d’espérer

En tant que membre du jury de la catégorie Romance du Prix des auteurs inconnus 2017, j’ai eu à sélectionner 10 romans sur 36 sur la base de leurs résumés, de leurs couvertures, et 10 premières pages.

Je remercie très sincèrement les organisatrices de ce prix Amélia Varin et Virginie Wicke pour leur patience et leur confiance, et surtout de me faire découvrir de nouvelles plumes grâce à ce prix.
Voici donc ma 6ème chronique sur le roman « Une raison d’espérer » de Maude PERRIER qui concourt à ce prix et que j’ai eu le plaisir de lire.

categorie-romance
Titre : Une raison d’espérer
Auteure : Maude PERRIER
Édition : Autoédition
Parution : 21 Janvier 2017

Résumé :

Un roman sentimental dont vous ne sortirez pas indemne…

Un roman d’amour, un roman d’espoir aussi. Une plongée dans l’indicible, le sordide, l’actualité.

Il lui a tout pris, saura-t-elle tout lui reprendre ?
Lily est une femme maltraitée par son mari.
Depuis cette grossesse que Denis ne voulait pas.
Depuis Charlotte…
Et si en public le couple Châtelain fait rêver, derrière les portes closes, la réalité est tout autre. Non seulement Lily subit la brutalité de son mari, mais elle doit aussi supporter de vivre sans sa fille qu’elle aime pourtant désespérément.
Jusqu’à cette soirée où tout bascule, et cet accord qui conduit les époux en Australie.
A Perth, Lily fait la connaissance de Tate, un vendeur de Harley Davidson.
Son attirance pour lui est immédiate, irrésistible ; elle tourne vite à l’obsession.
La jeune femme osera-t-elle braver l’interdit ultime et tromper Denis ?
De plus en plus jaloux et possessif, celui-ci lui, ne reculera devant rien pour la garder sous son contrôle.
Ira-t-il jusqu’à commettre l’irréparable ? Lily aura-t-elle le courage de relever la tête et de l’affronter ?
Et si en Australie, la jeune femme trouvait enfin une raison d’espérer ?

AVERTISSEMENT : certains passages sont très durs et/ou explicites et peuvent heurter la sensibilité du lecteur. Destiné à un public majeur et averti.

 

Mon avis :

Cette lecture a été très éprouvante. Le sujet abordé, la violence conjugale, est décrit avec beaucoup de vérité et donc d’horreur… Les scènes décrites ont été insoutenables. J’ai du sauter des passages. Âmes sensibles s’abstenir !!!

Je tiens à m’excuser auprès de l’auteure car mon avis sera forcément imprégné de ce mal-être qui m’a poursuivi tout au long de ma lecture.

Mais je souhaite souligner le courage d’avoir écrit sur ce thème très difficile et malheureusement invisible mais bien existant…

Cette histoire bouleversante raconte le combat de Lily contre son mari Denis qui est une véritable pourriture. Il lui inflige les pires sévices. Des scènes sont particulièrement violentes. L’emprise qu’il a sur elle, la violence physique et psychologique dont il fait preuve à son égard est innommable. Et il lui fait de plus un chantage infâme avec leur fille Charlotte.

Ils déménagent pour l’Australie. Lily y fait la rencontre de Tate qui lui donnera une raison d’espérer. Trouvera-t-elle  la force nécessaire pour sortir des griffes de son mari ?

Le personnage de Tate est captivant. Il a été ma bouée de sauvetage dans ce récit. Heureusement qu’il était là pour apaiser mes maux.

J’aurais aimé en savoir plus sur Charlotte et  qu’elle ait plus de place dans cette histoire.

Malgré une lecture douloureuse qui en aucun cas n’est dû à la plume de l’auteure ni à son style, je trouve important qu’une thématique aussi peu visible soit décrite. Si cela peut aider des femmes, leur donner de la force, c’est déjà énorme.

L’auteur aborde des sujets très forts. La violence conjugale, les apparences trompeuses, la différence, le regard des autres, le “qu’en dira t on »…

Ce roman a été compliqué à lire. Vraiment. J’ai failli ne pas aller jusqu’au bout. Mais par respect pour l’auteur et pour le prix je l’ai fait.

Mon avis n’est pas négatif. C’est juste que le thème principal est normalement un thème que je refuse de lire car il me rappelle de trop mauvais souvenirs.

J’ai également été déçue par une partie de la fin. Après tout ce qui ce passe, ça  se finit d’une drôle de façon. Et je n’y ai pas adhéré trouvant que c’était trop gros…

Il est très difficile pour moi de faire cette chronique. Mon ressenti ne remets pas en cause le travail de l’auteure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s